top of page

Exposition : FEMMES DU BÉNIN

Agenda officiel de Monsieur le Maire

AGENDA OFFICIEL S3
.pdf
Télécharger PDF • 573KB


FEMMES DU BÉNIN

Femmes du Bénin

L’association Manioc, en partenariat avec la ville, présente l’exposition “Femmes du Bénin” à la Chapelle de l’Observance du 12 janvier au 23 mars.

Elle invite à découvrir l’importance des femmes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Agodjié (Amazones) du Royaume d’Abomey, cheffes d’entreprises, commerçantes, couturières, cultivatrices, élues, magistrates, mères de famille, militantes dans des partis politiques ou des associations, prêtresses des dieux du panthéon vodoun, réalisatrices, soignantes, sportives…

Une exposition aux couleurs chatoyantes révélant des témoignages et des moments de vie de femmes du Bénin d’hier et d’aujourd’hui.


Mouvement associatif pour de nouvelles initiatives d’orientation culturelle

L’association Manioc (Mouvement associatif pour de nouvelles initiatives d’orientation culturelle) travaille depuis 2017 avec des bénévoles français et béninois pour la réalisation de cette exposition.

Elle a été créée en avril 2004 en vue du développement d’échanges culturels avec le Bénin. L’objectif principal est d’établir des liens entre des populations ayant des spécificités socioculturelles à partager, en vue d’une meilleure compréhension favorisant à plus long terme une entraide sur la base d’une réciprocité d’engagements.

Depuis 2007, Manioc a participé ou a été à l’initiative de plusieurs expositions à Draguignan avec l’aide de partenaires béninois :

• “Cultures béninoises” (2007) au Musée des Arts et Traditions populaires ;

• “Les 3 fers, à la rencontre des forgerons” (2011) au Musée des Arts et Traditions populaires ;

• “La matière réinventée” (2015) à la Chapelle de l’Observance ;

• “Vibrations béninoises” (2018) à la Chapelle de l’Observance.


L’histoire de la femme au Bénin


Carte du Bénin

Les femmes occupent dans la conscience historique africaine une place sans doute plus importante qu’ailleurs. Elles furent des cultivatrices, des commerçantes, des guerrières, des prêtresses, des guérisseuses... Leur travail fut toujours associé à celui des hommes.

Bien que certaines femmes béninoises occupent aujourd’hui des postes importants dans les domaines économique, juridique, social et culturel, nombre d’entre elles vivent encore dans des conditions difficiles. Les mentalités, notamment dans les zones rurales, demeurent toujours façonnées par la conception traditionnelle : l’homme reste le maître.

Les femmes ont d’abord choisi de militer dans les associations et organisations non gouvernementales avant de s’impliquer dans la politique. Malgré des progrès récents, elles sont très faiblement représentées dans les instances de décisions politiques.

Concernant les droits des femmes, “Le Coutumier du Dahomey” de 1931 ne concédait aux femmes que très peu de droits. Des changements législatifs sont intervenus depuis, même si dans la réalité les pratiques sont encore lentes à se transformer :

• 1977 : loi inscrivant clairement l’égalité femmes-hommes ;

• 1990 : loi précédente confirmée par la Constitution ;

• 2003 : interdiction de la pratique des mutilations génitales féminines ;

• 2004 : instauration du Code des personnes et de la famille, en particulier l’interdiction de la polygamie ;

• 2021 : légalisation de l’avortement.


Les marraines de l’exposition

Deux marraines accompagnent cette exposition, Eliane Aïssi-Yehouessi, docteure en pharmacie engagée pour les droits des femmes et Georgina Viou, première cheffe étoilée béninoise.

Éliane Aïssi se confie sur la place de la femme au Bénin :

“La femme porte l’Afrique, je dirais que la Béninoise porte le Bénin. Ces femmes héroïnes de tous les jours, celles-là je les rencontre au quotidien […] Nous avons un devoir de leur tendre la main, ne pas faire à leur place, elles savent le faire”.

Georgina Viou évoque quant à elle l’inspiration que lui a insufflée sa mère :

“Lorsqu’elle pose l’assiette devant moi, c’est un prodige de parfums et de simplicité, […] elle a quelque chose au bout des doigts et comme elle, je cuisine comme je respire.”


La Béninoise au quotidien

L’exposition aborde divers aspects de la vie au Bénin pour les femmes, en présentant des métiers, des portraits, leurs cultes et leurs rôles.

Pour ce faire, le parcours de visite invite à découvrir :


Des gestes de femmes, notamment les potières de Tourou. Ce métier utilitaire, culturel ou artistique se transmet de mère en fille et plusieurs générations participent au travail ;


Des récits de vie de femmes engagées, artiste plasticienne, réalisatrice ou encore médiatrice culturelle pour mieux comprendre la réalité des femmes béninoises ;


Des figures féminines emblématiques du pays, avec la Gnon Kogui, reine mère et gardienne du trône dans l’empire de Nikki, la reine Tassi Hangbe qui a régné sur le Danxomè ou encore les Amazones, femmes guerrières; le rôle que jouent les Béninoises dans les cultes Vodoun et les cérémonies Gèlèdè.


Site de la Ville de Draguignan :


Yorumlar


bottom of page