• F D

L’Artistique fait sa rentrée !

L’Artistique fait sa rentrée !

Venez découvrir nos expositions et nos rendez-vous du mois.


L’Artistique, Centre d’Arts et de Culture & Espace Ferrero, propose dans ses espaces d’exposition et son auditorium une programmation construite autour de la valorisation du fonds Ferrero - un ensemble unique d’art contemporain et d’art premier réuni par Jean Ferrero, photographe, collectionneur, ami de l’Ecole de Nice – et des expositions temporaires d’art contemporain. Mais L’Artistique se veut pleinement acteur des temps forts qui ponctuent la vie culturelle niçoise. Festivals et événements trouvent ici une chambre d’écho à leurs manifestations. L’Artistique propose des rendez-vous réguliers. Ses « Parole(s) d’artiste(s) » convient ceux qui font l’actualité et ses « Rencontres » apportent un éclairage sur la création contemporaine tout autant que sur le patrimoine culturel. Toutes donnent la parole aux chercheurs, artistes, commissaires d’exposition, métiers de la culture afin de permettre au public de se former et vivre au plus près, l’actualité de notre ville dans cet espace dédié à l’échange des savoirs.



EXPOSITIONS Exposition permanente

Collection Donation Ferrero Dans les salons Belle Epoque, une présentation et un accrochage « débordants » qui restituent l’esprit du collectionneur-accumulateur Jean Ferrero, ce ne sont pas moins de 150 œuvres qui sont exposées selon une rotation qui puise à loisir dans les 853 œuvres de la Donation et met à l’honneur des artistes majeurs tels que César, Arman, Ben et les autres émules de l’École de Nice, Claude Gilli, Robert Malaval, Bernar Venet, Serge III, Edmond Vernassa, Pierre Pinoncelli, Albert Chubac… Durant son histoire, L’Artistique a promu l’art avec des expositions de peintures, sculptures, photographies, mais aussi des concerts et conférences. Ainsi, Ben, avec le groupe Fluxus, a fait de multiples performances dans la salle du Théâtre, immortalisées pour la plupart grâce aux photographies et films réalisés par un certain Jean Ferrero… Depuis novembre 2019, la Collection Donation Ferrero a trouvé un écrin à sa mesure en intégrant les salons de L’Artistique, avec une présentation et un accrochage « débordants » qui restituent son esprit de collectionneur-accumulateur, L’Artistique nous emmène chez Jean Ferrero. Exposition temporaire - Jusqu’au 13 novembre

LA TÉLÉ DE MOYA – Oh la la, quelle histoire ! Exposition des premières recherches de l’artiste, de 1977 à 1982, utilisant la télévision dans son désir de devenir créature, un télé-artiste qui vivrait dans son œuvre. Médiations proposées aux scolaires deux journées par semaine, sur rendez-vous. La télévision est le médium de l’avenir, l’artiste qui se veut d’avant-garde doit l’utiliser. Journal de MOYA, 1976.Patrick MOYA est le dernier artiste d’importance à représenter la nouvelle génération de l’Ecole de Nice défendue par Jean Ferrero. Jeune poulain de la Galerie Ferrero de 1996 à 2003, surnommé Momo par le galeriste qui ne cessait de clamer : Momo, l’artiste qu’il vous faut ! L’exposition présente ses premières recherches, réalisées de 1977 à 1982 (dessins, peintures et photographies rehaussées) dans son désir de devenir créature, un télé-artiste qui vivrait dans le petit écran ; cette période est essentielle pour comprendre le travail de cet artiste qui ne cesse depuis lors de se donner un destin de créature qui vit dans son œuvre. Visite commentée par Patrick MOYA un après-midi par semaine, sur réservation, places limitées. En lien avec l’exposition MOYA

Performances virtuelle et vidéo Réactivation des projets d’émissions de télévision L’Artistique, est l’un des très rares établissements à posséder son double exact sur Second Life, les avatars du monde entier peuvent désormais le visiter sur : http://maps.secondlife.com/secondlife/Moya/58/60/22. Moya a profité de cet environnement virtuel pour réactiver ses projets d’émissions de télé restés jusqu’à présent à l’état de dessins et de notes. Le spectateur peut désormais accéder à cet espace en pénétrant le fond de la scène de LArtistique, virtuel. Cette installation fait l’objet d’un film projeté dans la salle réelle de L’Artistique durant l’exposition. http://www.nice.fr/fr/culture/musees-et-galeries/l-artistique


CONFÉRENCES – RENCONTRES – RENDEZ-VOUS


Dimanche 19 SEPTEMBRE / 14H-18H Journées européennes du Patrimoine L’Artistique s’associe à cette manifestation d’envergure nationale avec une ouverture exceptionnelle le dimanche autour de plusieurs rendez-vous proposés gratuitement au public. 14h à 18h : Collection permanente Donation Ferrero

Visite libre 14h30 : Performance virtuelle par Patrick Moya, artiste Suivez l’avatar de Patrick Moya pour une visite pour tous, en direct de Second Life, de son Moya Land et de son patrimoine. Depuis 2007, l’artiste a investi le monde de Second Life où il peut enfin vivre dans son œuvre. Il y a modélisé l’Artistique pour y présenter un double virtuel de son exposition, mais le patrimoine niçois et du comté n’y est pas en reste : la réplique de la place Masséna, l’église Saint-François-de-Paule, les chapelles Saint-Jean-Baptiste de Clans et Saint-Sébastien du Mas. 15h30 : La télé de Moya – Oh la la, quelle histoire ! Visite commentée de l’exposition Accès libre et ouvert à tous (dans la limite des places disponibles) https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr/


SAMEDI 25 SEPTEMBRE / 16H Parole d’Artiste : Ernest Pignon-Ernest, Faire resurgir la mémoire des lieux. Une rencontre avec Ernest Pignon-Ernest. Ernest Pignon-Ernest, artiste d’envergure internationale, a été salué comme l’une des figures tutélaires du Street Art. Cette rencontre permettra de présenter sa démarche artistique et notamment ses œuvres réalisées à Nice : des dessins protestant contre le jumelage (en plein apartheid) entre Nice et Le Cap (1974) jusqu’à Pepin, la déesse et la mer, statue inaugurée en 2019 à la station Garibaldi. Cette œuvre, facsimilé de la déesse Nike, divinité grecque à l’origine du nom de Nice, plus connu sous le nom de Victoire de Samothrace, a été réalisée par les ateliers du Louvre - un. Sur ses ailes, impertinent, Garibaldi enfant « pelandroun » en tenue de pêcheur. Derrière cette sculpture, élancée telle la proue d'un bateau sur plus de 3,50 m, un écran retransmet en direct la vie du dehors : la mer, le ciel à la sortie du port de Nice. Ernest Pignon-Ernest est niçois, il vit et travaille à Paris. Depuis près de cinquante ans il appose des images sur les murs des cités pour les transformer en espaces plastiques et en travailler la mémoire. Jacopo Galimberti est historien de l’art à l’Université de Bologne. Il a publié autour des liens entre l’art et la politique au XXe siècle et au-delà. Modérateur : Fabrice Flahutez, professeur à l’Université de Lyon Saint-Etienne, commissaire d’expositions et spécialiste du surréalisme et des groupes d’artistes après 1945.


MERCREDI 29 SEPTEMBRE / 18H Paroles d’Artistes Bruno Benne, chorégraphe et interprète de la Compagnie Beaux-Champs et Laurence Marthouret, Directrice et Responsable artistique de la Compagnie/TranS (résidente au 109) Les Inclassables #4 En lien avec le Festival Les Inclassables proposé par la Compagnie Trans ⓒ François Stemmer

Dans le cadre du Festival Les Inclassables, proposé par la Compagnie /TranS/, Laurence Marthouret échangera avec Bruno Benne autour de son travail de chorégraphe avec des projections d’extraits de ses pièces de création baroque, et autour de ce festival de danse contemporaine. Accès libre et ouvert à tous (dans la limite des places disponibles) Informations complémentaires : https://trans-lm.jimdofree.com/festival-1 JEUDI 30 SEPTEMBRE / 14H30 « Dans & Hors les murs »